Blake Haggerty, évangeliste startups/développeurs à Rackspace

Share Button

Pur produit de la Californie, Blake n’est pas un profil technique, mais est un maillon essentiel de la machine tech : il représente le lien entre Rackspace et les nombreux développeurs et nombreuses startups qui s’appuient sur la plateforme.

Si, hors caméra, il avoue avoir toujours rêvé de posséder un ranch où il pourrait élever des bisons (véridique !), il diffuse une énergie gigantesque quand il s’agit de parler de tech, et cette énergie est communicative…

Je suis Blake Haggerty, je travaille pour Rackspace, ici dans notre bureau de San Francisco, je suis évangeliste pour startups/développeurs, ce qui est un peu de développement business, de recherche de ressources, et de gestion de la communauté.

Je viens de Californie, j’ai vécu en Californie toute ma vie, sauf quelques tâches à droite à gauche, à d’autres endroits ; mais je suis à San Francisco depuis 13 ans.

Pourquoi San Francisco ?

J’ai décidé de venir à San Francisco, j’avais beaucoup d’options à ce moment-là, j’étais à l’université à Eugene, Oregon. (Go Ducks !) Je voulais expérimenter la vie dans des plus grandes villes, donc je regardais Chicago, New York ou San Francisco. Chicago, je me disais : trop froid, l’hiver, ça ne va pas le faire. New York était excitant, mais j’ai mes racines et ma famille en Californie, et je me suis dit: hmm, peut-être pas… Donc j’ai changé d’université, de University of Oregon vers University of San Francisco, j’ai fini mes études ici, je suis tombé fou amoureux de la ville, et je ne suis juste jamais reparti. Et je ne me vois même pas du tout quitter la Baie plus tard dans ma vie !

À propos de Rackspace

Je pense que la plus simple façon de présenter Rackspace, c’est que nous sommes la deuxième compagnie de cloud-computing la plus large du monde. Là tout de suite, nous sommes à San Francisco dans notre espace de co-working, que nous appelons Geekdom, qui est un espace de co-working pour startups.

Il y a des problèmes difficiles à résoudre, nous agissons à des échelles massives : des centaines de milliers de serveurs, partout dans le monde, comment gérer tout ça ? Comment s’assurer de l’uptime pour des centaines de milliers de clients ? C’est un problème intéressant, exactement celui-là ! Il y a d’autres produits et d’autres sujets qui s’ajoutent à ça, et qui rendent ça excitant. Je ne sais pas si tout le monde veut travailler à Rackspace ! Tes intérêts peuvent être n’importe où ! Mais si tu t’intéresses aux endroits qui gèrent une infrastructure massive, et être actif sur ce type d’échelle, alors nous allons être en haut de cette liste.

image

Je décrirais notre culture interne comme très ouverte, et très directe. Nous ne tournons pas autour du pot, nous ne cachons pas des choses aux gens, notre leadership communique avec nous extrêmement ouvertement, parfois excessivement ! C’est génial, j’adore ça, j’adore que rien ne me soit caché, j’adore savoir quelle est notre stratégie, et où nous allons, peu importe dans quelle équipe je suis, de quel produit je suis responsable, ou quoi que ce soit. Je pense que c’est une partie importante de notre culture.

L’autre truc important que les gens font ici, c’est qu’on a nos points forts imprimés sur nos badges, sur nos bureaux, le premier jour tu fais un test “points forts”. Ce sont mes “top 5” : positivité, accomplissement, responsibilité, communication et “woo” (convaincre autrui). Et donc tout le monde se présente : je suis untel, je travaille dans ce service, … “C’est quoi ton top 5 ?" Et c’est ça à chaque fois : "C’est quoi ton top 5 ?" Et ça aide à mieux comprendre : je sais que je peux compter sur untel, pour X, parce que c’est dans son top 5 !

Je travaille en permanence avec des gens plus intelligents que moi, ce qui est extra ! Donc j’apprends toujours, j’adore tous les gens avec lesquels je travaille, je pense que ça veut dire beaucoup, quand tu aimes les gens avec qui tu travailles, c’est une bonne chose. Et j’ai toujours été très impressionné par les leaders de notre compagnie aussi, ce sont simplement des gens bien, qui s’intéressent aux autres gens. Ce n’est peut-être pas toujours le cas dans pas mal d’autres compagnies de grande taille.

Un conseil ?

Un conseil que je peux donner à tout le monde, partout, quelque chose de ma propre expérience : peu importe d’où tu viens, ce que tu as construit, de quelle école tu viens, quelle diplôme tu as, rien de tout ça, ce que j’ai appris, c’est que travailler dur finira toujours par t’amener où tu dois être.

Quand j’ai eu mon diplôme, mon école n’est pas une super école, je ne suis pas allé à Stanford, ou au MIT, etc. Mon premier boulot en sortant d’école était de la vente au porte à porte… c’était un enfer ! Mais je l’ai fait pour un an, et j’ai appris sans doute plus de ce boulot que de n’importe quelle boulot que j’aie eu. Je marchais 15, 20, 30 km par jour, à frapper aux portes des petits businesses, à essayer de leur vendre des gadgets nazes, et tu te fais taper dessus, toute la journée, les gens te disent "Casse-toi ! Non ! Non ! Pas de VRPs !”, tu dois fuir des gardes de sécurité, tout ce que tu imagines ! C’était fou ! Mais ça m’a mis dans une situation où après ça, je suis allé à mon job suivant, et je travaillais plus dur que n’importe qui là-bas, ça m’a apporté des promotions, j’étais à fond sur ce que je faisais, et j’ai amélioré pas mal de mes talents, et je ne pense pas qu’ils m’auraient embauché avant ça.

Puis, j’ai eu mon opportunité ici à Rackspace, et je me suis toujours dit : “Je travaille avec une tonne de gens très intelligents, et mon objectif, ce ne sera peut-être pas d’être plus intelligent qu’eux, mais de travailler plus dur qu’eux”. C’est ma motivation quotidienne, et je me dis : tu sais quoi, tu n’as peut-être pas toujours toutes les cartes alignées parfaitement dans ton CV, qui rendent les gens super excités ; mais si tu peux y aller, et être à fond, c’est ce qui compte le plus.

Qui devrait-on interviewer ?

Il y a quelqu’un que vous devriez interviewer, vous devriez interviewer Bob. Bob gère Geekdom pour Rackspace, il est juste là, il est génial. Il était un des gars à l’origine dans l’équipe de CloudKick, qui a été racheté par Rackspace. C’est juste un mec extra. Il a vécu l’expérience de venir d’un pays européen vers San Francisco, et être à fond, et je pense qu’il vit un des idéaux que j’apprécie. Je pense que vous devriez l’interviewer.

Pour contacter Blake : Twitter, LinkedIn.

Share Button