Le talent caché d’Adrien Friggeri, Data Scientist chez Facebook : savoir passer du code à la maille

Share Button

1620528_10152406520622652_278602715_n

 

Nos jeunes Français expatriés de la Silicon Valley ont du talent : ça se sait depuis belle lurette ici à San Francisco, et on ne compte plus ces accents qui sentent bons nos campagnes françaises un peu partout dans les sociétés de la Californie. À commencer par les plus connues d’entre elles.

La semaine dernière, nous vous parlions d’Alexei Chemenda et de sa formule magique pour trouver un appartement à San Francisco. Aujourd’hui, je veux vous parler d’Adrien Friggeri, un homme curieux de beaucoup de choses et qui développe des talents en dehors de son expertise dans la science de la donnée… Si vous voulez ce que ça peut vouloir dire, être data scientist, que l’anglais ne vous rebute pas, allez donc jeter un oeil sur cet article co-écrit avec des collègues de Menlo Park : “Cupid in your network”.

Bon, on n’est pas vraiment dans cette rubrique pour parler de Zuckerberg, mais plutôt d’Heinlein, Robert de son prénom, dont une des citations est le leitmotiv de notre Adrien : “A human being should be able to change a diaper, plan an invasion, butcher a hog, conn a ship, design a building, write a sonnet, balance accounts, build a wall, set a bone, comfort the dying, take orders, give orders, cooperate, act alone, solve equations, analyze a new problem, pitch manure, program a computer, cook a tasty meal, fight efficiently, die gallantly. Specialization is for insects.”

Oui, avant de changer le monde, un homme doit savoir changer une couche d’un bébé, écrire un sonnet, construire un mur, cuisiner un délicieux repas, combattre efficacement, mourir élégamment. Bon, on ne vous en demande pas autant dans l’immédiat, juste, dans le cas d’Adrien, savoir tricoter des chaussettes. De Facebook à Phildar, il n’y a qu’un pas (ça me rappelle avoir été bercé par les aiguilles multicolores de ma maman, de ce bruit de métronome, tic tac tic tac, une maille à l’endroit, une maille à l’envers, les pelotes partout dans le salon, les félicitations de vieilles dames parfumées au Phildar du coin à l’endroit de ma mère qui avait – et a toujours – un talent sans pareil pour vous tricoter n’importe quoi).

Chaussettes à Adrien

Bon, ce n’est pas ce qu’il préfère réaliser, mais le résultat est là. Moi, j’achète !

Ne pas être dans une petite case, apprendre à faire plein de choses, sans cesse. L’art est pour Adrien un domaine intéressant, et bien que ce soit le tricot en ce moment qui l’occupe, il a bien envie de se remettre à l’ébénisterie d’ici la fin de l’année, il a d’ailleurs un projet de lampe qu’il voudrait terminer.

Cette année, c’est décidé, ce sont 3 nouvelles compétences qu’il veut acquérir, il ne sait pas encore avec quoi jongler, alors restez en ligne pour en savoir un peu plus d’ici la fin de l’année, chez TechMeUp, on a de la suite dans les idées.

Adrien, tu m’as convaincu de ta méthode, moi aussi j’ai décidé d’acquérir une nouvelle compétence : écrire mes articles sans faire de fautes d’orthographe. J’en profite pour remercier mes collègues qui se coltinent à chaque article mes phrases à rallonge à la recherche de la faute qui tue.

Voilà, c’est à vous, s’il vous plaît, adressez-vous à la rédaction de TechMeUp si vous avez, vous aussi, des compétences ignorées que vous souhaitez dévoiler au plein jour. Vous avez même le droit de dénoncer un collègue, ça lui fera un joli cadeau. ☺ Donc, toi, qui nous lis, tu as un talent caché, balance donc un tweet à @TechMeUpNews et on enverra une équipe sur place pour étudier ton cas.

La semaine prochaine, ce sera au tour de l’homme-orchestre.

Share Button