Sylvia Gallusser, expatriée aux US « J’aime mon pays, la France » | #reviensléon

Share Button

Nous avons aujourd’hui le plaisir de vous faire découvrir l’interview de Sylvia, expatriée à San Francisco, consultante pour startups et entrepreneurs, professeur en Business School et Journaliste.

sylvia

Après 5 ans passés chez Business France où elle dirigeait l’équipe Nouvelles Technologies en Amérique du Nord, et 5 années de consulting en hautes technologies (Accenture, SFR, Canal+, vente-privee), Sylvia travaille actuellement avec des business schools européennes pour monter des programmes d’introduction au marché US et d’immersion dans la Silicon Valley, à l’adresse des étudiants qui s’orientent vers l’entreprenariat. Elle enseigne et écrit sur la pratique des affaires à l’américaine (US Business Practices) et l’innovation dans la gestion des ressources humaines.

Pourquoi es-tu partie à San Francisco ?

J’ai eu l’opportunité de partir à San Francisco à 25 ans pour prendre un poste d’analyste du marché américain des nouvelles technologies à destination des entreprises françaises souhaitant s’exporter. J’y ai rencontré mon futur mari, franco-américain, avec qui nous sommes rentrés en France pendant 3 ans avant de nous établir à nouveau en Californie. Il travaille chez Google[x], le lab des projets secrets de Google en tant qu’expert statisticien. Dans notre secteur, il est particulièrement pertinent d’être positionné dans la Silicon Valley, surtout que la tendance actuelle consiste à emmener davantage d’étudiants et d’entrepreneurs s’immerger dans l’écosystème de la Silicon Valley pour s’imprégner des bonnes pratiques et facteurs de succès. Il faut des personnes ayant la double culture pour les recevoir et les introduire à cet écosystème. C’est ce rôle de “facilitateur” que je joue ici et qui est difficilement transposable.

unnamed

As-tu l’intention de revenir ? Pourquoi ?

Cela n’aurait pas de sens dans l’immédiat du fait de mon activité très spécifique et très localisée. Ou alors rester sur un mode où nous passons une partie de l’année à San Francisco et une partie en France, afin de continuer à faire le pont entre les deux mondes. Dans tous les cas, il nous est indispensable à mon mari comme à moi de rester connectés avec les deux cultures, pour ces raisons professionnelles et pour des motifs plus personnels puisque nous avons deux enfants avec la double nationalité. Peut-être qu’eux voudront faire leur vie en France ?

Que penses-tu de #reviensleon ? Et de la France ?

Je suis très attachée à mon pays, dont j’ai servi le gouvernement pendant 5 ans à Business France. Je ne vois pas ma problématique, ni celle de beaucoup de personnes vivant dans la région, comme une désertion ou une opposition à la France qui reste notre pays de coeur. En étant positionnée ici au service des entreprises françaises et des étudiants des écoles de commerce françaises, je les aide à acquérir une vision internationale indispensable pour être compétitif dans le monde actuel. Je ne les convaincs pas de partir à tout prix de France. Bien au contraire, la région est coûteuse et le business très compétitif, il faut être bien préparé pour s’y attaquer !

Qu’est ce que tu aime dans ton pays d’adoption ?

Les Etats-Unis ont beaucoup à nous apporter sur la pratique des affaires en particulier, le marketing, le business development. Cela ne veut pas dire que l’on n’innove pas en France – j’ai été en bonne position pour témoigner au contraire de la créativité française en matière de nouvelles technologies ! – mais qu’il y a à apprendre de l’extérieur pour s’adapter et continuer à évoluer. L’écosystème d’innovation de la Silicon Valley reste un cas unique même s’il en inspire d’autres. je suis partisane des initiatives des écoles de commerce françaises qui envoient les étudiants à travers le monde et pas seulement San Francisco. J’aime aussi les grands paysages de l’Ouest Américain et la sociabilité des Américains. Et bien entendu j’aime mon pays, la France. Nous parlons français à la maison, je cultive nos origines françaises et les transmets à mes enfants, nous cuisinons français, nous allons voir des expos avec des artistes français, je me fais même livrer des cahiers de vacances en français pour occuper mes enfants cet été !

Share Button